En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Comprendre sa douleur

La douleur est une expérience complexe. Presque tout le monde ressent de la douleur à un moment donné de sa vie : 70% à 80% des français sont confrontés au moins une fois à un symptôme douloureux pouvant être invalidant et altèrant la qualité de vie.
 
Aujourd'hui les neurosciences nous permettent de comprendre les mécanismes mis en jeu dans l’expérience de la douleur.
 
Notre corps est doté du meilleur système d’alarme pour nous permettre de survivre et de guérir les parties du corps endommagées.
 
Cette alarme s’appelle le système nerveux et il détecte toute menace réelle ou potentielle.
 
Cette alarme est si efficace qu’elle peut nous faire penser à rien d'autre, changer notre façon de penser, de bouger et de se comporter.
 
Les personnes ayant une déficience de ce système d’alarme (insensibilité congénitale à la douleur), ont leur espérance de vie réduite : elles ne sont pas prévenues quand elles se brulent, elles se coupent, ou lorsqu’elles ont une infection et risquent donc de mourir d’une simple hémorragie interne qui peut passer  inaperçue.
 
Cependant  l'expérience de la douleur est unique à chacun. Elles dépend de beaucoup de facteurs qui stimulent notre système d’alarme.
 
Nous savons aujourd’hui quels sont ces facteurs :
 
L'irritation d’une partie de notre corps (coup de soleil, entorse, coupure, déchirure musculaire…) peut stimuler l'alarme.
Mais ce facteur n’est pas forcément nécessaire ni suffisant pour que nous expérimentons la douleur.
Par exemple les personnes souffrant de « douleur fantôme », peuvent ressentir de la douleur sur un membre amputé (une partie du corps qui n’est plus là).
A l’inverse une partie de notre corps peut être irritée ou endommagée et nous pouvons ne ressentir aucune douleur : pensez aux témoignages des soldats qui se font tirer dessus et qui disent n'avoir rien sentit durant le combat, ou aux surfeurs qui ne sentent pas leur membre arraché quand ils se font attaquer par un requin.

Les études nous montrent que l'intensité de la douleur n’est jamais proportionnelle à l’irritation de notre corps.
 
D’autres facteurs beaucoup plus importants que l’irritation du corps stimulent notre système d'alarme et amplifient notre douleur : 
  • L’état émotionnel : l’anxiété, la peur de la douleur, la dépression.
  • Notre comportement : l’attention constante sur la douleur, la colère qu’elle génère, l’évitement du mouvement, la peur de bouger…
  • Nos croyances négatives :  " je suis asymétrique, dans ma famille c'est génétique , j’ai de l’arthrose c’est sans issue et cela ne fera que s’agraver, mon dos est fragile, je risque d’être paralysé ". Ces fausses idées nous laissent supposer que notre corps est fragile et que c'est une fatalité.
  • Nos expériences passées : "j’ai déjà eu mal au dos et la dernière fois c’était terrible, je ne veux pas revivre cela..."…
  • Notre environnement, notre état de fatigue, notre état de santé, notre sommeil…
 
Il y a beaucoup de mythes et de peur autour du mal de dos et du mal de cou.
Ces mythes créent de l'anxiété, elle même augmentant l’importance votre douleur, ce qui vous inquiète encore plus et vous rentrez dans le cercle vicieux infernal : 
Douleur -> Peur-Doute-Anxiété -> Douleur.
 
Un des éléments clés de notre consultation sera de donner du sens à vos symptômes. Nous identifierons ensemble les facteurs  contributifs les plus importants qui influencent votre douleur et de quelle manière ils le font.
Nous trouverons ensuite des outils cohérents avec votre perception qui vous permettront de sortir de ce cercle vicieux afin de retrouver votre autonomie.
 
 
Pour comprendre comment fonctionne la douleur, il y a un espace spécial "Patients" avec plusieurs outils multimédias (dont le cours en ligne de retrainpain).
Il vous permettront de comprendre un peu mieux votre situation et de changer la façon dont vous vivez votre expérience douloureuse : de réduire votre anxiété et votre inquiétude. Rappelez vous , l'anxiété et la peur sont des facteurs majeurs qui augmentent l’importance de votre  douleur, donc en les contrôlant, vous pouvez commencer à influencer la façon dont vous percevez votre douleur.
 
En espérant qu’après avoir lu ces quelques lignes, vous commencerez à vous sentir un peu mieux !! N'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez en savoir plus.